Synode/Sínode 2021-2023

Publié par X'tian

Synode/Sínode 2021-2023

Nos rencontres/Les nostres trobades...

Lundi, 10 janvier  2022
Saillagouse (I, “Les compagnons de voyage”)

Dans votre église locale, quels sont ceux qui marchent ensemble ?
Ceux qui préparent les offices ; les catéchistes ; administratif, tout un groupe ; les fidèles…Nous formons le Corps du Christ ; ceux qui cherchent ; enfants de choeur (l’Église de demain) ; les gens qui sont perdus qui recherchent un peu de paix ; les chercheurs de vérité ; les Anciens (Rose de Montelllà) => une Messe paroissiale ??

Quand nous disons “notre Église”, qui en fait partie ?
Tous ceux qu’on laisse rentrer

Qui nous demande de marcher ensemble ?
Jésus
La liturgie
L’Esprit Saint

Quels sont les compagnons de voyage avec qui nous cheminons, même en dehors du cercle ecclésial ?
Notre famille
Les amis
Les collègues de travail
La société
Il faut écouter
Ouvrir sa porte

Quelles personnes ou quels groupes sont-ils laissés en marge, expressément ou de fait ?
Les gens qui ne pensent pas comme nous
Les gens différents
Savoir se mettre en retrait
Donner envie
“L’Église, c’est la plus belle chose sur la terre…”

Nota : Conscience de devoir veiller à l’accueil, de se rendre présent à l’autre, ceux qui se sentent perdus et ne sont pas forcément  “dans l’Église)”,sans vouloir “forcer” les portes. Présence vivifiante de Francine, protestante, qui a rejoint notre groupe.

Bourg-Madame (I, “Les compagnons de voyage”)

Quand nous disons “notre Église”, qui en fait partie ?
“Content de “marcher” un peu avec Carles. Marcher ensemble, on apprend toujours de l’autre.” (J-M Bertrand)
Qui nous demande de marcher ensemble ?
Le Christ.
Quels sont les compagnons de voyage avec qui nous cheminons, même en dehors du cercle ecclésial ?
Les maires. Les fêtes locales

Quelles personnes ou quels groupes sont-ils laissés en marge, expressément ou de fait ?
Des personnes qui ne se rencontrent pas (bourgeois/gens plus simple)

Nota : Recherche très intéressante de Jean-Marie Bertrand sur le verbe “marcher” dans le passage d’Emmaüs : marcher ensemble en réfléchissant, selon les péripatéticiens.

Synode/Sínode 2021-2023

Lundi 24 janvier 2022

Bourg-Madame (II, “Écouter”)

L’écoute est le premier pas, mais demande d’avoir l’esprit et le cœur ouvert, sans préjugés.
Remarque : le texte n’est pas le mieux choisi. L’écoute demandée s’adresse aux Églises

Vers qui notre Église particulière a-t-elle un manque d’écoute ?
L’importance n’est pas la parole, mais la signification. Trouver un langage commun. Une langue de bois s’est constituée. Une parole de vérité plutôt qu’une parole de pouvoir.

Comment les laïcs sont-ils écoutés, en particulier les jeunes et les femmes ?
“On est écoutées sans être entendues.”
Le rôle de la femme a évolué.
Les femmes : il faut commencer “petit”.

Comment intégrons-nous la contribution des personnes consacrées, hommes et femmes ?
“Bien accueilli. Mais je craignais de ne pas être à la hauteur.”

Quelle place occupe la voix des minorités, des marginaux et des exclus ?
Le besoin d’une écoute vigilante et juste. L’écoute n’est pas spontanée, il faut être actif dans l’écoute (cf. Lc 8, 18)

Parvenons-nous à identifier les préjugés et les stéréotypes qui font obstacle à notre écoute ?
Qui va-t-on écouter ? Quelqu’un qui n’a rien à nous dire, ou l’inverse ?

Comment écoutons-nous le contexte social et culturel dans lequel nous vivons ?
“Tout dépend du contexte. Le problème de l’écoute, c’est la prise de parole derrière.”
Le modèle de l’écoute : le Christ.

Mardi 25 janvier 2022

Saillagouse (II, “Écouter”)

L’écoute est le premier pas, mais demande d’avoir l’esprit et le cœur ouvert, sans préjugés.

Vers qui notre Église particulière a-t-elle un manque d’écoute ?
Si l’Église nous pose cette question, c’est qu’elle a saisi que notre écoute n’est pas la meilleure.
Entre le fait de lire, et le fait de savoir lire, i y a une différence.

Comment les laïcs sont-ils écoutés, en particulier les jeunes et les femmes ?
Les femmes sont présentes dans l’Église mais ne sont pas reconnues.
Quand un homme monte à l’ambon, sa démarche est plus volontaire, plus assumée. La femme est hésitante. Une faille entre les hommes et nous les femmes.
Sans les femmes, l’Église ne serait pas ce qu’elle est. Un fait sociétal qui se retrouve dans l’Église. Mais… C’est la femme qui mène le monde !

Comment intégrons-nous la contribution des personnes consacrées, hommes et femmes ?
Une différence marquée entre les communautés religieuses et notre Église. Est-ce que les contemplatives par exemple, pourraient peut-être mieux s’intégrer au monde et témoigner de leur vocation ? Thérèse d’Avila, comme modèle.

Quelle place occupe la voix des minorités, des marginaux et des exclus ?
L’exemple de l’Abbé Pierre. Peu de minorités en Cerdagne (climat rigoureux en hiver).  Des abus de la part de certains

Parvenons-nous à identifier les préjugés et les stéréotypes qui font obstacle à notre écoute ?
Les préjugés et les stéréotypes : les clichés dans lesquels on enferme les gens. “Vis et laisse vivre.”

Comment écoutons-nous le contexte social et culturel dans lequel nous vivons ?
Critique encore, et encore. “Tais-toi et écoute !”

Synode/Sínode 2021-2023

Lundi 7 février 2022

Bourg-Madame (III, “Prendre la parole”)

Tous sont invités à parler avec courage et parrhésie, c’est-à-dire en conjuguant liberté, vérité et charité.

Comment favorisons-nous, au sein de la communauté et de ses divers organismes, un style de communication libre et authentique, sans duplicités ni opportunismes ?
Le consensus : “mou” ou constructif ? Des différences ( et des divergences) à accueillir pour ouvrir de nouveaux chemins ensemble.

Quand et comment réussissons-nous à dire ce qui nous tient à cœur ?
L'important, c’est de construire les éléments d’une discussion argumentée.
Pour un vrai le dialogue, il faut une méthode claire pour essayer de construire une vérité.
Des gens qui sont des exemples vivants.
La Parole valorisée par les gestes.
“J’aime les témoins qui se font égorger.” Pascal.

Comment fonctionne le rapport avec le système des médias (pas seulement les médias catholiques) ?
À partir d’une relation vraie et cordiale entre les personnes.

Qui parle au nom de la communauté chrétienne, et comment ces personnes sont choisies ?
Les personnes en charge de responsabilités.


mardi 8 février 2022

Saillagouse (III, “Prendre la parole”)

Tous sont invités à parler avec courage et parrhésie, c’est-à-dire en conjuguant liberté, vérité et charité.

Comment favorisons-nous, au sein de la communauté et de ses divers organismes, un style de communication libre et authentique, sans duplicités ni opportunismes ?
Une remise en question par Paul intéressante.
La communication entre nous : des différences. Manifeste-t-on toute la bienveillance nécessaire. Plus d’humilité et d’écoute.
Authenticité : On n’ose pas trop, pour ne pas froisser, par manque de courage. Utiliser l’humour.
Quand et comment réussissons-nous à dire ce qui nous tient à cœur ?
Éviter la colère… Prendre sur soi. Reconnaître avec humilité que l’on n’a pas réponse à tout. Savoir témoigner. Être cohérent avec que l’on annonce.
À partir du propre vécu, simplicité et spontanéité.
Considération pour l’autre.

Comment fonctionne le rapport avec le système des médias (pas seulement les médias catholiques) ?
Faire savoir l’existence de notre site, en parler.

Qui parle au nom de la communauté chrétienne, et comment ces personnes sont choisies ?
Les catéchistes, les chantres, les personnes chargées de l’accueil…

 

Synode/Sínode 2021-2023

Lundi 21  février  2022

Bourg-Madame (IV, “Célébrer”)

Un texte qui tombe après le discours de Pierre. Ce qui est important : la fraction de pain. Ils sont dans leurs maisons. Une église domestique. Une Église d’un type essénien (cf. Ananias). Chez Luc, une Église institutionnelle avec de hiérarchies. Une invective de Saint Paul aux Corinthiens (Première Lettre). “Mangez chez vous, puis venez au rituel de l’Eucharistie.”

Marcher ensemble n’est possible que si ce chemin repose sur l’écoute communautaire de la parole et sur la célébration de l’Eucharistie.
Un besoin de se retrouver pour “marcher ensemble”. Il est important d’accompagner le rythme des saisons.  

De quelle façon la prière et la célébration liturgique inspirent et orientent effectivement notre “marcher ensemble” ?
Le fait que l’on se rencontre souvent nous donne de pouvoir être plus près les uns des autres. Nous interrogeons l’autre à partir d’un vécu commun.

Comment est-ce que cela inspire les décisions les plus importantes ? Comment encourageons-nous la participation active de tous les fidèles à la liturgie et à l’exercice de la fonction de sanctification ?
Une rencontre entre le spirituel et le "politique" dans le sens de société.

Quelle place est donnée à l’exercice des ministères du lectorat et de l’acolytat ?
Pas de fonctions instituées qui bloqueraient la participation.

Mardi 22  février  2022

Saillagouse (IV, “Célébrer”)

“Ceux qui allaient être sauvés…” Une incompréhension : et les autres ? Une mise en contexte aurait été nécessaire.

Marcher ensemble n’est possible que si ce chemin repose sur l’écoute communautaire de la parole et sur la célébration de l’Eucharistie.
Tout un chemin à parcourir. Une unité centrale avec la même destination.
Tout accompagne. Une “méthodologie” de la liturgie.
Une préparation pour rentrer dans la célébration. Il faut qu’il y ait une démarche initiale.

De quelle façon la prière et la célébration liturgique inspirent et orientent effectivement notre “marcher ensemble” ?
Il faut que nos églises dégagent une chaleur “qui accueille”. Se retrouver en famille, même lorsque l’on est loin de chez soi. Les jeunes doivent être considérés comme acteurs à part entière de nos communautés. La dynamique de la liturgie.

Comment est-ce que cela inspire les décisions les plus importantes ? Comment encourageons-nous la participation active de tous les fidèles à la liturgie et à l’exercice de la fonction de sanctification ?
Une liturgie “codée”, qui semble difficilement accessible au nouvel arrivant. Expliquer les temps de la Messe lors de grandes célébrations (Première des Communions).
Le parallèle avec la sardana : comment rendre le cercle plus “perméable” ?
Veiller à laisser sortir les célébrants pour un temps de rencontre sur le parvis.
Attention à ne pas trop partir vers les “hauteurs”, à rester “ancré” dans le quotidien. La simplicité !

Quelle place est donnée à l’exercice des ministères du lectorat et de l’acolytat ?
Les personnes qui viennent de l’extérieur apprécient d’être sollicités pour la liturgie. Ils se sentent mieux intégrés dans la communauté.

Synode/Sínode 2021-2023

Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite.

Is 58

Lundi 7 mars

Bourg-Madame (Quelle Église en marche face à la guerre en Ukraine ?”)

 Si on prend le texte grec, on s’aperçoit que le mot “joug” n’existe pas. Cette traduction qui doit sortir de l’hébreu est un peu particulière. Il est question de dénouer les contrats iniques. un jeûne “utile” aux autres. Une référence à Mt 18. Remettre les contrats dans la perspective du Christ : une dimension essentielle. Mt 25 : le texte doit être lu dans cette perspective.
 “Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air triste…”Mt 6, 14 : une logique du jeûne ou le pardon des offenses ou l’indulgence face à un contrat inique. Dans le Nouveau Testament (Mc 2), le jeûne pris en tant que rituel. Dans l’Église originelle, le jeûne ne serait pas pas rituel. Le jeûne en cause vise à la réconciliation entre les hommes.
“L’art de jeûner dans la joie” (Benoît Standaert) : “Il faut jeûner pour ceux qui nous oppriment…”
Le ramadan : une même origine
Soutenir les chrétiens de même confession. Il faut rester soudés
Plus de “facilités” à nous intéresser aux ukrainiens, qu’aux syriens, par exemple. Alep a été totalement détruite
Loger des réfugiés chez nous ? Maison des Sœurs (Osséja) ; ancienne Résidence Sauvy (Err)
Trouver des personnes capables de communiquer dans leurs langues, ou en anglais

mardi 8 mars

Saillagouse (Quelle Église en marche face à la guerre en Ukraine ?)

 La prière
 Avoir des actions de solidarités, mais quelles actions de solidarité ?
 Une première action dans une collecte (630 €)
 Des semi-remorques chargés de médicaments qui partent vers l’Ukraine
 Une action engagée par la Communauté de Communes Pyrénées-Cerdagne
 Les accueillir chez nous  
 Il faut que ce soit des villages où l’accès au médecin, à la pharmacie, à l’école soient simples
 Penser à s’engager sur la durée
 Prévoir des cours de français pour les arrivants
Très éprouvant pour les personnes qui viennent aider les réfugiés
Il est difficile de percevoir réellement la souffrance des personnes déracinées
Penser aussi à la vie spirituelle de ces personnes
Penser aussi à les accueillir dans notre propre vie de foi, dans nos église
Trouver un moyen de les rejoindre et de les laisser nous rejoindre
Une question de Carême nous est posée : comment partager ?
Être sel de la terre et lumière du monde
Prier le Prince de la Paix et confier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :